Rues Pelluau – Verneau

Maître d’ouvrage :
Le Val de Loire pour La Foncière Logement

Commune :
Angers (49)

Architecte mandataire :
Lionel Vié Architecte DPLG

Économiste :
ATB Pays de Loire

BET :
ETC Etudes Thermiques Conseils

SHON :
2 072 m²

Montant des travaux :
3 137 572 €

Mission :
Base avec visa

Avancement :
Livré en 2010

Programme :

Construction de 8 maisons de villes et 10 logements en intermédiaire


Projet :

Ce projet s’inscrit dans l’ANRU du quartier Verneau et exprime une volonté marquée de mixité sociale.

Du fait des contraintes physiques du site et dans le respect global de la faisabilité indicative fournie par la Ville d’Angers, le projet s’organise comme suit :

  • En front de Rue Peluau : 5 maisons de ville R + 1
  • A l’angle des rues : 1 petit immeuble collectif en R + 3 en attique
  • En front de Rue Thérèse : 3 maisons de ville R + 1

Afin d’offrir une largeur de façade maximum aux maisons de ville, de maintenir des espaces de circulations et des percées Visuelles confortables entre collectif et individuels, ainsi que de présenter une volumétrie structurante à l’angle des deux rues, il est proposé un seul immeuble de proportion dominante horizontale, intermédiaire entre les maisons projetées et les collectifs riverains existants.

Pour le collectif, l’ensemble des parkings et des locaux communs majeurs sont en RDC. Le parking en retrait par rapport à l’aplomb des façades d’étage constitue un solide socle à l’édifice, affirmé par un traitement de façade distinct (béton architectonique matricé et teinté dans la masse), parfaitement résistant aux outrages du temps.
Les deux étages courants s’élèvent en débord, reprenant l’alignement sur rue et offrent à chaque logement un confortable linéaire de balcons ou loggias, en évitant les désagréments du contact direct des pièces de vie avec la rue.
Ces façades seront édifiées en briques alvéolaires en remplissage de l’ossature primaire transversale en béton banché, et revêtues d’un enduit ton pierre très clair à base de chaux allégé, très résistant (type Weber.Lite HR), traité anti-moisissure et anti-mousse.
En attique, les deux T.5 sont positionnés dans la partie centrale de l’immeuble et bénéficient de très vastes terrasses accessibles.
Les terrasses visibles depuis les immeubles voisins seront traitées en prévégétalisation de type sédum, très résistante, à faible entretien et constituant une excellente régulation des EP alliée à une meilleure inertie de la toiture.

Les maisons individuelles sont organisées en petits groupes de 3 à 5 unités, en R + 1.
Cette continuité est temporisée par le rythme régulier des retraits des volumes de garages permettant une seconde place d’accès direct depuis le domaine public.

Le contraste des matières et couleurs, en utilisant les mêmes matériaux que le collectif est cette fois assuré verticalement entre volumes saillants et volumes rentrants.

Les couvertures monopentes sont réalisées en zinc à joints debout avec chéneaux encastrés et descentes intégrées non visibles en façades.
Les loggias et terrasses créent des reliefs et des arrières plans accentuant les rythmes et contrastes ci-dessus évoqués.

La volumétrie générale de ces maisons est contemporaine et favorise des grands espaces lumineux.
L’architecture proposée est délibérément en rupture avec les « standards » du pavillon de banlieue.
Les stéréotypes traditionnels sont exclus pour laisser place à une modernité élégante en conservant un vocabulaire de teintes et de matériaux parfaitement intégré au paysage urbain angevin.

Au-delà des prescriptions rigoureuses et des équipements très qualitatifs demandés aux cahiers des charges de l’A.F.L., nous nous sommes particulièrement attachés à la qualité d’usage des logements.

Autres projets