Gantières et Buissons Belles

Maître d’ouvrage :
SPLA

Commune :
Brain sur l’Authion 49 800

Urbaniste :
Lionel Vié Arcitecte DPLG

Atelier AVENA

Paysagiste :
Atelier AVENA

VRD :
Cabinet Bunel

Mission :
Mission d’études préalables d’urbanisme et de paysage pour la réalisation de l’esquisse, dossier de création de ZAC et du Cahier des prescriptions Architecturales, Urbaines, Paysagères et Environnementales / Maitrise d’œuvre.

Avancement :
Lauréat du concours en Juin 2015

Programme :

Quartier des Gantières et Buissons Belles
Création d’environ 263 logements, d’un pôle de petites activités, d’une salle polyvalente et d’un C.P.I
Superficie : 25 ha


Projet :

Concevoir un nouveau quartier est un challenge à chaque fois renouvelé mais différent. Le contexte urbain, social, économique, mais aussi la géographie du lieu, sa topographie et son hydrologie sont des critères essentiels dans la composition d’un quartier d’habitations et/ou d’activités. Celui-ci devra être fonctionnel, durablement gérable et désirable dans un souci omniprésent de qualité d’usage au quotidien.

Loin du désuet lotissement banalisé du passé, construit au coup par coup, un nouveau quartier doit répondre aujourd’hui à des objectifs incontournables de maîtrise foncière et de respect de l’environnement qui suppose en amont une réflexion très aboutie allant bien au-delà du simple découpage parcellaire.

Sur le plan urbain l’un des enjeux majeurs de ce projet est de rendre cohérente et harmonieuse la composition des deux secteurs des Gantières et des Buissons Belles avec l’espace naturel central comme armature paysagère ‘fusionnelle’ , fédératrice d’échanges, d’activités et de parcours mutualisés tout en permettant un lien fort avec le centre bourg tout proche.

Cette passionnante opération de couture urbaine s’opérera en répondant à 9 thématiques essentielles :

1) La recherche d’une densité mesurée et des formes urbaines diversifiées, bien intégrées au tissu urbain et social environnant dans le respect des objectifs du SCOT et du PDH de 20 logements à l’hectare. Cette recherche de diversité sera garante de la mixité sociale, représentative du parcours résidentiel des générations, démonstratives des qualités intrinsèques du cadre bâti maîtrisé du XXIème siècle.

2) Une démarche développement durable pragmatique soucieuse de la préservation de l’environnement, du lien social intra et inter quartier, d’une économie maîtrisée de la viabilisation et de ses possibilités de phasage

3) Une réflexion approfondie sur les mobilités et les accès avec une hiérarchisation de voirie, une optimisation réaliste de l’impact de la voiture et de la place du piéton et du cycliste, basée sur le concept du rôle social de la rue avec des placettes de convivialité et la création de hameaux à l’échelle humaine.

4) Un traitement paysager durable, naturel mais maîtrisé, valorisant l’espace naturel central de manière à la fois esthétique et récréative, prenant en compte la gestion des eaux pluviales et la préservation de la zone humide. En prolongeant ces espaces naturels vers les zones urbaines et la zone d’activités sous la forme de lanières vertes et trame bocagères créées ou préservées afin de proposer un équilibre entre le bâti et le végétal.

5) L’ensemble des fossés présents sur le site seront maintenus car ils alimentent la zone Humide. Des bassins seront créés pour la gestion des eaux pluviales, ils seront intégrés de manière naturelle avec des pentes et des modelés doux. Les eaux régulées seront ensuite évacuées vers le ruisseau-fossé traversant pour se déverser ensuite dans l’Authion.

6) Une extrême attention dans la composition parcellaire favorisant le plus fréquemment possible des expositions sud dans le respect de l’intimité des parcelles entre elles et vis-à-vis des riverains et du domaine public.

7) Une localisation judicieuse des équipements publics à l’entrée Nord du site du futur quartier, offrant une véritable porte d’entrée sur la ville. En articulation entre la zone d’habitat et la zone d’activités, la future salle polyvalente est largement ouverte sur la zone naturelle centrale. Une véritable réflexion qualitative de l’organisation de la zone d’activités sera recherchée.

8) La concrétisation, au-delà de leur localisation privilégiée, des différentes formes d’habitats et d’activités par des exemples concrets de mode de groupement :
- maison en front de rue discontinue groupées 2 par 2
- maison en peigne sur rue en implantation décalée
- maisons groupées en petites séquences plus denses R+1 à R+2 en bordure de l’espace naturel
- maisons ‘patios’ offrant une lecture discontinue et évitant l’effet front de rue systématique
- petits intermédiaires variés en forme et typologie

9) Un accompagnement pédagogique auprès des futurs acquéreurs par la rédaction d’un cahier de prescriptions et de fiches synthétiques très lisibles et clairement argumentées d’illustrations attrayantes, susceptibles d’orienter des choix harmonieux et performants.

Sans forcer ni contraindre à des ‘mode d’habiter’ différents, plus adaptés à des contextes urbains plus denses et métropolitains, notre proposition oriente plutôt qu’elle n’impose, conseille plutôt qu’elle n’ordonne.

Elle offre des organisations spatiales réfléchies, pour une vraie qualité de vie au quotidien, adaptés aux usages, aux cultures et aux conditions économiques d’une population désireuse à la fois d’une utilisation partagée de l’espace collectif mais aussi d’un usage personnel intime, dans un cadre de vie champêtre et verdoyant.

Vivre la ville à la campagne n’est pas un mythe : notre proposition prétend donc modestement apporter des réponses pertinentes aux notions de parcours résidentiel, d’évolutivité et de mixité avec une volonté de démontrer l’intérêt éminent du ‘vivre ensemble’.

Autres projets